L’accompagnement psychologique des parents lors du deuil de leur tout-petit.

 en Ateliers

L’accompagnement des parents lors du deuil de leur bébé est pluridisciplinaire. Le parcours est long et difficile. «C’est par la représentation de la disparition que s’est creusée la notion de temps, de trace et celle de l’histoire. La tombe est à l’origine du souvenir» (1)

Le psychologue met à disposition des parents un espace pour inscrire la mort de leur bébé dans leur propre récit de vie. La psychothérapie permet la « mise au monde » du bébé malgré la mort, afin de favoriser le processus de séparation entre la mère et son enfant. La reconnaissance de l’existence du bébé facilite le deuil. Alors que l’expérience de vie du bébé mort trop tôt est très courte et laisse peu de traces concrètes, le psychologue et l’équipe soignante peuvent avoir recours à des rituels et des gestes symboliques. Les rituels permettent d’intégrer la mort dans ce qui fait la vie.

Outre la reconnaissance de la perte, l’acceptation des émotions est proposée en thérapie.

L’accompagnement psychologique permet également d’aborder la possible différence de vécu entre le père et la mère, et d’apporter à chacun des réponses adaptées.

Enfin, le psychologue peut accompagner une femme lors d’une nouvelle grossesse. Celle-ci peut réactiver les angoisses liées à une issue dramatique possible. La grossesse peut être dès lors synonyme de souffrance plutôt que de libération.

Je reste fascinée par la créativité psychique des parents. L’enfant fera toujours partie d’eux. Si une partie de soi est en deuil, l’autre peut s’autoriser progressivement à vivre, à être heureux, à investir ses autres enfants et à se projeter.

  1. Gaillard JP, Rey Y. (2001). Deuil et thérapie familiale : quels objets flottants ?. Thérapie Familiale, p.252.

Articles recommandés