Enfant à haut potentiel, troubles d’apprentissages, difficulté attentionnelle, hyperactivité : vers un danger de segmentation de l’enfant ou « les bases d’une approche intégrative »

 en Article de la quinzaine, Haut potentiel

 

Aujourd’hui, l’impératif de la réussite scolaire est prégnant. Dans les discours ambiants, la réussite scolaire dépasse largement le cadre des apprentissages. Elle est au centre de préoccupations familiales, sociales, politiques voire économiques.

La pression s’infiltre à tous niveaux et amène les parents et professionnels à comprendre, parfois à tout prix, pourquoi cet enfant sort du rang. A la dyslexie se sont ajoutées les dysorthographie, dyscalculie, dysphasie voire le « multidys » auxquels s’ajoutent les troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité et les enfants à haut potentiel.

Il est indéniable qu’un trouble d’apprentissage ou un trouble attentionnel constitue un réel handicap pour le parcours scolaire de l’enfant. La souffrance qui peut y être associée ne peut être niée et justifie en soi la démarche de diagnostic / remédiation.

Mais cela ne devrait jamais nous faire oublier que le trouble d’apprentissage ne peut être abordé que sous l’angle d’une approche globale de l’enfant. Une approche intégrative implique la prise en considération de bilans établis grâce à des outils d’investigations validés mais également la prise en considération :

  • de facteurs cognitifs (compétences) ;
  • de facteurs conatifs (sentiment d’efficacité personnel, estime de soi, motivation intrinsèque et extrinsèque, la prise de risque, la persévérance, stratégies d’adaptation infructueuses (évitement et déni), etc.) ;
  • de facteurs affectifs (émotions, anxiété, dépression) ;
  • sur le plan familial: de la communication , du soutien émotif, de la cohésion familiale (engagement et soutien), de l’importance accordée aux apprentissages, à la réussite, au droit à l’erreur, au développement de l’autonomie) ;
  • sur le plan de l’équipe pédagogique: de l’écoute, de la compréhension, du soutien et d’aménagements raisonnables.

Il s’agit, en partant de l’enfant, d’activer une série de leviers afin que l’enfant soit le moins possible confronté à un sentiment d’incompréhension et de rejet et que ne germe un profond sentiment d’incompétence et de dévalorisation voire un sentiment d’impuissance.

L’annonce d’un « diagnostic » ne peut entretenir l’illusion que le trouble est purement technique et sera donc réglé par une prise en charge spécialisée. Sans passer outre les fondements neurobiologiques, la prise en charge n’aura de sens qu’avec la mobilisation des différents intervenants qui gravitent autour de l’enfant sans oublier l’enfant lui-même. Des sources systémiques et/ou affectives sont toujours à prendre en considération.

L’équipe d’Avance Toi, de par ses réflexions multidisciplinaires et le partage d’information pose les bases d’une approche intégrative. Le haut potentiel n’est pas brandi comme un étendard qui justifierait tout ou expliquerait tout. L’approche se veut contextualisée et à l’écoute des ressources de chacun. Quand un enfant à haut potentiel présente également des troubles d’apprentissage et/ou des difficultés attentionnelles ; un ordre de priorité est discuté. Les interventions complémentaires prendront sens par la suite pour une prise en charge complète. Les différents intervenants veillent à contrôler l’efficacité des interventions en partant des objectifs ciblés initialement, de leurs observations mais surtout des feed-back de l’enfant, de ses parents et si possible de l’équipe pédagogique.

 

 

 

 

Articles recommandés