Le vaginisme : au-delà des étiologies diverses, un accompagnement sur mesure et en douceur

 en Parler de sexualité

Le vaginisme reprend :

  • La contraction involontaire des muscles du tiers externe du vagin rendant la pénétration désagréable voire impossible. Cette-dernière peut être accompagnée de douleurs.
  • Le sentiment de ne pas pouvoir se réaliser comme femme.
  • Quelques fois, viennent s’ajouter des difficultés au sein du couple ou l’insistance de l’entourage qui reprend en refrain « Alors, c’est pour quand ? »

Définition du DSM-IV-R

A : spasme involontaire, répété ou persistant, de la musculature du tiers externe du vagin, perturbant les rapports sexuels ;

B : la perturbation est à l’origine d’une souffrance marquée ou de difficultés interpersonnelles ;

C : la perturbation n’est pas mieux expliquée par un autre trouble  de l’axe 1 (par exemple, somatisation) et n’est pas due exclusivement aux effets physiologiques directs d’une affection médicale générale.

https://myspace.com/unefillecommemoi

Etiologies générales :

  • Education stricte, idées irrationnelles sur le sexe véhiculées par les parents, les amis, les médias.
  • Traumatisme, viol, inceste, pédophilie.
  • Dégoût du corps (le sien et l’autre).
  • Peur irraisonnée de la grossesse, de l’accouchement et du post-partum.
  • Agressivité ou méconnaissance de la femme de la part du partenaire.
  • Toute organicité : hymen épais, dyspareunie (ménopause, cancer, mycoses, herpès).

Une anxiophobie de la pénétration

Ou, plus rarement, un évitement du contact de l’autre. Le refus de la pénétration s’inscrit alors dans une problématique plus générale et profonde.

L’accompagnement proposé

L’approche cognitivo-comportementale sera privilégiée.

Seront mis en place en douceur avec la patiente :

  • une désensibilisation de la phobie de la pénétration ;
  • un apprentissage du toucher de son corps et des sensations musculaire grâce à des exercices ciblés ;
  • Un investissement corporel, sensoriel, sensuel et érotique.
  • En parallèle seront intégrés des exercices de respiration, de conscientisation de son corps et de visualisation

Afin de vivre pleinement sa sexualité, le traitement ne se limitera pas au côté mécanique. Les composantes du plaisir, de l’épanouissement personnel et affectif seront suggérées.

  • Des questionnements thématiques pourront se développer positivement au fur et à mesure que les entretiens avanceront.

La participation du partenaire au suivi est souhaitée. A cette fin, une ou plusieurs séances lui seront consacrées. Bien que sa participation puisse engendrer une crainte chez sa partenaire. Au fil de mon expérience, j’ai pu constater que celle-ci est un facteur de réussite du traitement.

https://myspace.com/unefillecommemoi

L’illustration a été réalisée par Garance Doré. Vous pouvez découvrir son magnifique travail via son site : https://myspace.com/unefillecommemoi.

Articles recommandés
identité de genre transexualisme dysphorie de genre